Jetlag à Rootsland

Une drôle de sortie en ce dimanche 10 novembre.

La journée commence par un petit coup de Spidercochon (sonnerie de mon téléphone) :
 » Salut Thierry qu’est-ce qu’il y a ? « 
 » Le rendez-vous est bien au Bannet ? « 
 » Oui ! « 
 » J’y suis et il n’y a personne ! « 
 » Normal Thierry, il n’est que 7H40 et le rendez-vous est dans une heure ! « 
 » Ah OK… « 
 » A toute à l’heure. »

Ayant pitié de Thierry je pars un peu plus tôt pour lui tenir compagnie. Quand j’arrive Arnaud lui fait la conversation expliquant avec force détails l’ablation de diverses partie de son anatomie. Thierry m’explique qu’il rentre tout juste du Laos et s’est un peu trompé dans l’heure locale…

De nouveau Spidercochon :
 » Salut Stéphane. « 
 » Salut Laurent, je suis à la Chapelle mais il n’y a personne… « 
 » Normal le rendez-vous est au Bannet… « 
 » Ah OK j’arrive ! « 

Jamais deux sans trois. C’est encore Spidercochon qui retentit sur mon téléphone :
 » C’est Stéphane (Pour ceux qui ne comprennent rien le premier Stéphane est l’Ecureuil et le second l’Apothicaire.) Il y a des travaux dans Sedan je dois contourner la ville, je vais être un peu en retard…
 » Pas de problème vu comment c’est parti on ne va pas décoller avant 11H00… « 

Gruik-gruik (pâle imitation du cri du sanglier qui m’avise qu’un SMS vient d’arriver sur mon téléphone)
Yann :  » On arrive problème avec le vélo « 
Il s’avérera que le Levo de Barnab n’apprécie pas d’être transporté sur une Laguna de 1928 et a voulu à deux reprises sauter du porte vélo.

Re Gruik-gruik
Ben  » Je ne serai pas des vôtres ce matin. Bonne balade. « 

Entre temps Brice, Reynald et Ludo sont arrivés. Ainsi que Cédric (membre fondateur du RAID), Eric et Kylian du club d’Angecourt qui sur ma proposition nous accompagnerons sur la sortie. 8H55, finalement tout le monde à fini par arriver sauf Yannick, PTR et Nicolas. Cette fois c’est moi qui utilise mon téléphone. Ça sonne dans le vide. Je laisse un message comme quoi nous démarrons dans 10 minutes. Nicolas et PTR finissent par arriver. Mister Merguez est resté sous la couette boitier de pédalier HS.

Pour ce qui est du reste de la sortie pas grand chose à dire si ce n’est que nous avons grimpé sur le vélo des côtes raides et caillouteuses (enfin pas tous), nous avons franchit allègrement de nombreuses grosses et glissantes racines (enfin pas tous), nous avons tous à plusieurs reprises été proches de la chute (enfin pas tous), nous avons aimé glisser dans les mares de boue (enfin pas tous), nous n’avons eu aucun problème mécanique (enfin pas tous), nous avons posé pour la postérité de cette magnifique sortie (enfin pas tous), nous avons pris plaisir à rouler ensemble (enfin pas tous), nous avons rigolé et comme d’habitude avons taillé des costards sur mesure aux absents (enfin pas tous), certains ont rêvé de se faire faire le maillot (mais pas tous) et pour finir avons partagé avec l’Écureuil une bonne boisson régénératrice (enfin pas tous). Bref tous n’ont pas tout fait mais mais beaucoup ont fait plusieurs choses. Qui osera avouer ?

Pas beaucoup de kilomètres (22.5kms), pas beaucoup de dénivelé (486m), mais beaucoup de singles, de rigolade et côtes qui ont fait bien mal aux pattes.

Pour finir nous avons été invité à rejoindre les vététistes d’Angecourt pour une sortie dominicale quand les chasseurs auront rangé leurs fusils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.