Dernière avant le Roc

En ce dimanche d’octobre, s’est après des années de silence, que Arthur GUTOU votre serviteur reprend la plume après une longue traversée du désert, nommé syndrome de la page blanche. Chez l’écrivain la difficulté à trouver l’inspiration et la créativité au moment d’entamer une oeuvre. Ce phénomène peut être dû à la volonté, tellement grande, de faire une œuvre parfaite, que toute idée qui vient à l’esprit de l’auteur lui paraît systématiquement mauvaise. Finalement il est beacoup plus facile de dire des conneries qu’a écrire de belles phrases.
Mais sous les encouragements de ma muse, Chocobob ou nommé numerobis, au vu de ces fonctions de secrétaire suppléant. L’inspiration me revient.

En ce dimanche matin, ce n’est pas la foule des grands jours, notre ami ChocoBob a donné rendez vous en terre sainte. Au départ de notre randonnée, Philippe,
Choco, Arnaud et moi-même sont présents. Nos amis presque marnais Catherine et Thierry se sont joints à nous.
Juste avant le départ notre président nous rejoins dans sa papamobile blanche immaculée pour nous remettre les clefs de la salle et nous faire les dernières recommandations d’usage pour le Roc d’azur.
Nous prenons le départ, par la côte de l’antenne afin de rejoindre Sapogne. Cette côte permet à chacun de se mettre en jambes et à moi d’arracher le câble de ma tige de selle télescopique. Arnaud est à l’écoute de sa monture, vigilant, l’œil vif, tel un indien sioux galopant sur des espaces vierges. Je voulais dire tel un iroquois, mais son physique capillaire m’en empêche. Nous rejoignons Sapogne pour prendre le tracé de la RPS 2015. Nous sillonnons nos singles favoris et faisons découvrir à nos nouveaux amis l’ensemble du premier tronçon jusqu’à la source Saint Roger. De là, notre ami ChocoBob et moi-même prenons l’option d’emmener notre troupe vers la descente « Arnoz ». Nous rejoignons l’abbatiale et grimpons par notre sentier favori pour gagner la fameuse descente.
De là, ChocoBob s’improvise chef de meute. La truffe au vent, le poil brillant il décide de nous emmener à Larchant Spirit. nous rejoignons Balaives, puis prenons la direction de la ferme de Flamenville. Nous reprenons notre tracé habituel pour rejoindre la côte du captage, sauf que Choco, tel un coach spécialisé en Roc d’Azur décide de nous faire du D+, nous prenons à gauche et… la longue côte s’offre à nous. Chacun monte à son rythme, de la nous rejoignons l’entrée de notre single favoris.
Le retour se fait par la route. Et là, c’est le drame ! Philippe, jeune espoir masculin s’élance avec Arnaud. Mais c’est sans compter sur les ondes négatives que rejette notre ami Arnaud sur les VTT. La vis du shifter de Philippe se desserre laissant la commande pendre, nous jouons à chercher la vis, mais c’est en sans espoir.

De retour aux voitures, chacun va de son pronostique pour l’heure du départ pour le Roc. Choco nous fait part des ses recommandations de prudence en descente afin que puissions rentrer en entier du pays ou il n’y a que les cailloux qui poussent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*