Sangli’Sûre 2019

Nous sommes samedi 21h, je rentre de mon match de hockey ou nous avons gagné 5-2 face à Amnéville. Un coup d’œil sur le calendrier des prochains jours et je me rends compte que le week-end prochain est réservé à la famille. Je n’avais pas prévu de grosse sortie ce dimanche car après un match de hockey les cuisses sont généralement bien entamées. Mais là, il ne faut pas que je loupe ma sortie, plusieurs choix possible :

option1 : accepter l’invitation de stéphane2 pour une sortie en groupe sur Pourru

option2 : se faire une sortie solo du coté du roc la tour avec des petits passages aux petits oignons (mais ça va encore être la misère pour rentrer sur Charleville et au final ça fait 70 bornes pour 1700 de D+)

option3 : faire le secopir de l’année dernière (bon ben 60 bornes bien hard quand même).

Vu l’heure tardive je ne me vois pas taper l’incruste à l’arrache dans la rando de stéphane et j’ai envie de quelque chose de nouveau. J’en suis à ces considérations quand une notification Facebook me rappel qu’il y a demain la Sangli’Sûre du coté de Martelange. Un petit tour sur google map pour vérifier le temps de trajet, 1h15. Avec ma Dolorean ca devrait passer en 1h… Génial il me reste 11h pour me refaire des cuisses. Merde, changement d’heure cette nuit, il me reste 10h.

Go dodo avec le téléphone chargé à 100%, réveil programmé à 5h30 pour prise en compte du décalage horaire. Zut le téléphone est à 55% de charge au réveil, ça va être limite pour utiliser le GPS afin de trouver Martelange. Petit tour de repérage sur le trajet au cas où, je retiens 4 infos : E411 – Léglise – Rancimont et Martelange. Je n’ai pas fais 50 bornes que j’ai mangé la moitié des infos.

J’allume le téléphone pour mettre en route le GPS. Damned, mon portable est à 1%, c’est mort pour le guidage. On va faire comme d’hab, au pifomètre et sur ce coup là je m’en suis pas mal sortie. Une seule petite erreur et je colle une voiture avec un vélo dans le dos. Ça sent bon. J’arrive pour le départ vers 8h30 et décide de tenter le 50km. Aucune idée du dénivelé mais il y a de la colline dans le coin.

On quitte la salle de sport tranquillou et paf on se croirait à Houffalize, une montée sévère qui te rappel que tes cuisses vont souffrir. La moitié des participants est déjà à pied et on a fait à peine 1km. Je me dis, pas grave, c’est juste un petit coup de cul pour sortir de la cuvette et ça a l’air de se calmer devant. Petit virage à gauche et pan, deuxième effet kiskool. Mais c’est des malades dans le coin on n’a même pas le temps de se chauffer. On rejoint la route en monté sur 500 mètres avant de reprendre notre ascension. La sortie va être longue. Enfin on bascule dans le négatif, nous sommes toujours sur le parcours commun et on se retrouve au milieu des sapins dans une belle descente digne du XC du bannet avec ses sauts de marches et ses racines. Moi je m’éclate mais les autres participants apparemment un peu moins. Première séparation des parcours, on remonte mais cette fois au train. On attaque de grands chemins montant comme nos amis belges les aiment tant. Ce n’est pas rigolo mais ça permet de faire des kilomètres rapidement. On redescend par le lit d’une rivière et nous rejoignons les autres parcours.

Une longue montée, certainement tracée sur une ancienne voie de chemin de fer, nous fait remonter dans les bois. Attention virage à droite et de nouveau un pétard ou mes cuisses ne résisteront pas. Je fini à pied en prenant soin de me préserver pour la suite. Nous enchainons les montées et les descentes sur des chemins large pas très intéressant. Heureusement il y a quelques passages sympa mais globalement on se fait chier. J’ai la dalle et le ravito n’est toujours pas là. Je m’arrête en haut d’une nouvelle montée interminable pour me renseigner auprès des autres participants. Bref on a fait 29km et j’ai loupé le ravito qui était au 20ème. Je fouille dans mon sac et heureusement j’avais pris quelques provisions de secours. Nouvelle montée alors que l’on se croyait en haut. Les autres participants ont l’air eux aussi d’en chier sa race. Je me sens moins seule.

Petite descente escarpée ou je rattrape les 3 derniers participants à m’avoir doublé dans la monté. Comme d’habitude, après la descente ça remonte. Et bien non, là ça REMONTE !!!

Ce n’est pas possible de prévoir de l’escalade au milieu d’une randonnée vélo. En plus les organisateurs ne fournissent pas les baudriers. On se retrouve à pousser les vélos en les maudissant. A cool, ça redescend. Pourquoi ont-ils mis des panneaux attention ‘descente dangereuse’ ? Mais merde, c’est quoi ce single de taré, il y des épingles tous les 5 mètres avec des sauts de marche et des racines. On passe de 20 km sur de larges chemins à une descente d’enduro. Bon OK ça passe sur le vélo mais pas pour tout le monde. On remet le baudrier et la corde d’escalade, mais ce coup-ci il y a des marches pour aider. Les mollets, eux aussi, commencent à couiner.

On arrive au 2eme ravito (premier pour moi) ou tous les parcours se rejoignent. J’en ai plein les bottes, il reste 9km à mon oreille (ben oui je n’ai pas de téléphone donc j’écoute les autres participants). Et on redémarre dans une montée, j’en ai marre des montées. Je veux ma voiture. Allez, on y va au morale. Merde je n’ai plus de jus dans les jambes et ça remonte encore. Une grande descente sur la route et on arrive enfin à Martellange YYYeeesss, c’est enfin fini. Quoi, mais c’est des sadiques, on remonte encore pour visiter la statue en l’honneur des chasseurs Ardennais. Mais je m’en fou moi des chasseurs Ardennais, je veux rentrer, pas visiter les monuments locaux. On traverse la route et on est reparti dans une montée interminable (ça me rappel les longues montés du coté de bouillon). Allez une dernière descente à fond les ballons et nous rejoignons la salle des sports par une voie verte. Après un coup de pain saucisse sur le vélo et de lavage du barbecue, je peux enfin remonter en voiture. Il est 13h00.

A retenir : Rando qui fait très mal aux pattes avec trop peu de passages sympa. Pas sur de faire la 17eme édition en 2020. Je ne regrette pas le déplacement car je me suis bien amusé à faire ce CR. Pour le reste, bof.

 

2 thoughts on “Sangli’Sûre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.