Perdu de vue…

Après avoir partagé pendant quelques années un parcours commun sur les plans d’eau de France et de Navarre, nos chemins avaient fini par se séparer. Les réseaux sociaux et notre passion commune pour le vélo de montagne avaient fait que nous nous étions retrouvés par l’intermédiaire du net et nous étions suivi de loin ; Pierre-Arnaud étant à Hong-Kong et moi revenu dans nos belles Ardennes. Après quelques rendez-vous manqués nous parvenions à convenir d’une sortie commune pour rouler mais aussi pour discuter de nos trajectoires divergentes.
En ce samedi je convie donc les autres raidars afin de faire connaissance avec cet expat qui depuis quelques mois fait parler de lui à travers toute la presse spécialisée : Finisher de la French Divide avec un vélo titane de sa conception, patron de Chiru Bikes et Carbon Endurance Component et adepte des ultra raids. La bête intéresse ! Catherine, Thierry, Arnaud et PTR répondent à l’invitation lancée à l’arrache. Guitou malade depuis le Téléthon décline au dernier moment.
Rien de programmé donc on démarre le nez au vent. Le début de la sortie se passe à discuter. On se croirait à un Tea Time entre rombières.

Ascension de la côte de Dom-Le-Mesnil. Nous ne cédons pas au chant des sirènes de la côte de l’antenne que nous contournons. Cyril nous rejoint. La montée de Feuchère nous met dans le bain avec un sol glissant. Malgré cela nous ne franchissons ce premier bourbier sans encombre. Pierre-Arnaud réclame du single. Nous allons lui en donner sous la forme de la Brokeback Mountain. Que du bonheur ! Les arbres entravant le passage il y a encore quelques semaines ayant été retirés nous n’avons presque plus à descendre des vélos. Après le passage de la cuvette nous décidons de descendre vars la source Saint-Roger.
Sous la direction de Thierry rejoignons les trous d’obus par le long single. Pour Pierre-Arnaud c’est une découverte lui qui s’attendait à de petits trous. Nous lâchons les chevaux dans la descente vers la source. La pause qui suit est l’occasion pour chacun de tester le Chiru FD. La transmission Pinion est un plaisir. Pour moi qui n’avais jamais roulé sur un tout rigide je suis surpris pas le rendement. Par contre les freins positionnés à l’anglaise… Quand aux composants CEC en plus d’être beaux semblent être du très haut de gamme.
Je demande à Thierry si le passage par la pâture lui semble envisageable. Toujours aussi enthousiaste, sa réponse est positive. La suite est moins exaltée. Nous restons collé au sol sous le regard médusé de quelques bovins dont un présente tous les attributs pour être un taureau. Nous les contournons doucement en espérant en espérant ne pas les déranger. Mais comme le dira Catherine la voix chevrotante : « Ils nous suivent !  » La descente ressemble plus à un parcours des Mud Day qu’à du VTT. La route et les flaques d’eau parviendront à rendre un aspect respectable à nos montures. Pierre-Arnaud frime avec sa boite de vitesse face à nos dérailleurs embourbés. En passant sur la voie verte nous nous rendons compte qu’à une semaine près nous ne pouvions pas organiser le Téléthon la Meuse étant sortie de son lit en plusieurs endroit.

La sortie se termine par un nettoyage en bonne forme de nos montures. Une chose est sure c’est qu’avec Pierre-Arnaud, nous ne serons pas trente ans avant de refaire une sortie ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.